Liam Gallagher

- 28 juillet 2019 - 21:30 /

Un événement se prépare pour 2019 : Liam Gallagher sera au Festival de Carcassonne ! Le 28 juillet, l’emblématique chanteur se produira au Théâtre Jean-Deschamps pour la toute première fois. Un show unique et à son image : de retour sur le devant de la scène avec une carrière solo fulgurante, l’ex chanteur d’Oasis et Beady Eye est « prêt, plus que prêt » à venir à la rencontre du public… carcassonnais ! Une date exceptionnelle à ne pas manquer !

A propos de Liam Gallagher
Contrairement à la boxe, le rock’n’roll n’est pas réputé pour les retours en force. Quelques faux pas, puis adieu, bonne vie, qui êtes-vous déjà ? Parfois, cependant, un vrai champion musical catégorie poids lourds perd un combat avant de réapparaître plus tard encore plus fort. David Bowie, par exemple, a connu une longue période de jachère avant sa renaissance. Paul Weller a eu quelques années difficiles avant de trouver sa place en tant qu’artiste solo. Nous pouvons maintenant ajouter une troisième voix à cette liste des champions qui sont revenus récupérer leur ceinture : Liam Gallagher.

Lire la suite

Après la séparation officielle du groupe Beady Eye en 2014, Liam s’est retrouvé « hors de sa bulle ». Pour la première fois en vingt ans, il n’évolue plus dans un groupe de rock avec les moyens de management qu’il avait auparavant connu. Un coup dur pour lui. Soudainement devenu juste un type ordinaire («juste une légende ordinaire», clarifie-t-il), il devait réfléchir à ce qu’il allait faire. Durant un temps, il eu l’idée de s’installer à Majorque et de vivre au soleil comme une « Bête Sexy » autour de la piscine. Il prit un peu des vacances. Il fit beaucoup de jogging. Il but quelques pintes. Et il divorça. Et quand tout cela fut fait, il se regarda longuement dans le miroir et se souvint de qui il était et de ce qu’il faisait. Il est Liam Gallagher, fils de Peggy Gallagher, né à Burnage (Manchester), meilleur chanteur et leader de sa génération. Alors il décida de recommencer à chanter quelques chansons. Majorque pourrait bien attendre.

Jouant dans son propre style sur une guitare chez lui à Londres, il s’étonne lui-même en écrivant une chanson : « Je ne suis définitivement pas un professionnel », dit-il modestement. «C’est un bon tacle à la Frankenstein. Mais je suppose que tout le monde a sa façon de faire. Même Paul McCartney ne s’est pas juste assis et n’a pas tout de suite écrit Hey Jude.»
La chanson qu’il a écrite était un intense morceau de soul-rock appelé Bold, assez fort pour le faire signer chez Warner Bros. Il tenait quelque chose de bien. Finalement, il a écrit toute une série de chansons montées en démo avec Dan McDougall, un multi-instrumentiste, à Londres avant de commencer à rencontrer des producteurs et des co-auteurs. « Warner Bros m’a dit : «Es-tu prêt pour un peu de co-écriture ? » Je leur ai répondu « je n’ai jamais fait ça avant. Pourquoi pas ?»
Il s’est envolé pour Los Angeles, en a rencontré quelques-uns, mais s’est vraiment entendu avec Greg Kurstin. «Greg Kurstin m’a donné quelques pistes, nous avons discuté, échangé nos idées, trié et, sans nous en rendre compte, nous avions encore plus de chansons. Je suis aussi surpris que n’importe qui que cela fonctionne, mais les chansons que nous avons écrites sont excellentes.»

Parmi ces chansons, le premier incroyable single de Liam en tant qu’artiste solo : Wall Of Glass. Si vous deviez faire une équation de tous les sons qui ont rendu les premiers singles d’Oasis si apocalyptiquement bons - c’est-à-dire d’énormes vagues de guitare accrocheuses + une mélodie qui ne peut vous empêcher de bouger… une rythmique tonitruante +la voix de LIAM GALLAGHER délivrant un refrain incroyablement entraînant - Wall Of Glass s’intègre parfaitement dans cette lignée. C’est difficile de se souvenir d’une fois où il a mieux chanté - c’est comme l’entendre pour la première fois, la même urgence qui avait touché un million de cœurs à la fin du premier refrain de Supersonic. Sa voix est clairement là.
«Ouais, eh bien», il est presque d’accord. « Je suis un bon chanteur, mec ! Neuf fois sur dix, je réussis. En studio, sans aucun doute. Je n’ai jamais fait un chant de merde là-bas.»
Les enregistrements de l’album ont eu lieu dans deux endroits avec deux producteurs. À Los Angeles, avec Greg Kurstin, qui a également joué tous les instruments des quatre chansons qu’il a produites (Wall Of Glass, Paper Crown, Come Back To Me et le chant du coquelicot psychédélique Doesn’t Have To Be That Way). Et à Londres avec Dan Grech-Marguerat. Parmi les musiciens participant aux sessions londoniennes du Snap au Finsbury Park, figuraient Mike Moore à la guitare, le claviériste Martin Slattery et Dan McDougall à la batterie. Moore et McDougall seront également présents dans son groupe de tournée, avec le bassiste Drew McConnell.
 
Les sons concoctés au cours de ces sessions, qui deviendront finalement son premier album solo As You Were, sont exactement ce que vous auriez pu espérer d’un album solo de Liam Gallagher : les influences classiques des années 60/70 qu’il a toujours mises à jour pour ici et maintenant. Liam est d’accord : «Je ne voulais rien réinventer ni retourner l’odyssée du jazz. C’est l’atmosphère Lennon Cold Turkey, Les Stones, les classiques. Mais je fais mon chemin, maintenant. »
L’un des aspects les plus frappants des chansons qui composent son premier album solo est que toutes les chansons ont un but. Il n’y a pas de graisse, rien à couper. Elles sont toutes dirigées contre quelque chose ou quelqu’un, en remettant les pendules à l’heure ou en livrant sa version de l’histoire, comme l’entraînant Greedy Soul qui incinère un « mort ingrat » ou la méga-ballade For What It’s Worth qui sert le plus grand refrain d’As You Were. « Je voulais écrire des excuses », explique Liam. « Pas à une personne, mais à tout le monde, parce que je ne suis pas bon pour dire pardon. Cette chanson est une mise au point.»
Certaines chansons sont un peu «fuck you», continue-t-il. « Je sais sur quoi j’écris. Juste sur des têtes de nœud en général. Hormis une qui concerne les gens que j’aime bien, mais ils ne sont pas trop nombreux.»
 
Pour l’instant, Liam veut juste chanter ses chansons en public. «Je suis prêt. Je suis plus que prêt. Je veux juste sortir à nouveau et montrer à tout le monde ce qu’ils ont manqué. Je pensais que quelqu’un pourrait venir essayer de résoudre ce problème alors que j’étais occupé à ne rien faire, mais non. Personne. Donc je suppose que c’est à moi de le faire… encore une fois.»
 Liam Gallagher : de nouveau de retour pour s’occuper des projets. Merci Dieu pour ça.

Sur le web

Tarifs

Tarifs
Placement libre assis : 53€*
Carré Or assis numéroté : 63€*
* Frais de location inclus

Achetez vos places !